À la rencontre d’Aymen Dhaker – L’électrification des transports : Un domaine branché sur l’avenir !

Aujourd’hui, nous rencontrons Aymen Dhaker, ingénieur électrique junior chez Merkur afin qu’il nous parle de son métier dans le domaine de l’électrification des transports.   

Parles-nous de ton mandat actuel chez Merkur.

Je suis en mandat dans une équipe « EV » (electric vehicule) où je suis responsable de la validation des batteries électriques. Je suis du côté « hardware », soit la conception matérielle des cartes électriques, contrairement à l’équipe « software » qui s’occupe de la programmation des micro-processeurs dans les cartes. Nous sommes une petite équipe et j’aime beaucoup mon mandat ! Je dois être présent 3 jours par semaine chez le client et 2 jours à distance. J’ai beaucoup de route à faire mais j’adore cet aspect, j’écoute mon podcast et je décompresse.

Pourquoi as-tu choisi de faire le métier d’ingénieur électrique ?

J’ai choisi d’être ingénieur parce que depuis ma jeunesse je suis curieux de comprendre pourquoi et comment sont faites les choses.  Au niveau de ma spécialité en électrification, j’étais tout simplement plus intéressé par cet aspect de l’ingénierie. Le fait de programmer des codes et que ceci fasse bouger des affaires m’a vraiment passionné. J’ai étudié la micro-électronique et c’est définitivement un aspect qui peut être méconnu mais qui est très intéressant. 

Qu’apprécies-tu de ce domaine de l’ingénierie ?

J’adore mon domaine ! Nous sommes actuellement au cœur de l’innovation, c’est un domaine en pleine croissance et les entreprises sont actuellement en train de faire la transition des véhicules moteurs à combustion vers des véhicules électriques, en plus ceci est largement soutenu par les instances gouvernementales alors c’est un domaine très stimulant.

Sans oublier l’impact au niveau du réchauffement climatique qui est très important. Après des siècles où l’humanité s’est afférée à remettre dans l’air tout le CO2 que la terre avait naturellement stocké, je suis content de faire partie d’une mouvance pour limiter ce comportement et renverser la tendance. Créer de l’énergie renouvelable est une mission que je trouve très noble.

Il y a beaucoup de recherches qui se font au niveau des batteries et c’est maintenant possible de recycler celles-ci. Il y a aussi beaucoup de développements qui se font avec des batteries au calcium-ion par exemple, qui seraient une meilleure alternative aux batteries à lithium-ion au niveau de l’efficacité et du coût. Le développement se fait de manière très accélérée et c’est très intéressant parce que je considère que nous sommes au tout début de cette avancée technologique et j’adore pouvoir en faire partie.   

Quels sont les défis actuellement reliés à l’électrification des transports ?

Chaque compagnie investit beaucoup en recherches et développement actuellement afin de trouver la solution à l’autonomie des batteries qui leur donnera un avantage concurrentiel. C’est donc au niveau des composantes chimiques qui permettent une plus grande durée de vie tout en ayant suffisamment de contrôle pour éviter les risques de surchauffage qui peuvent être très dangereux.

Selon-toi, mise à part l’impact environnemental, quel seront les répercussions de l’électrification des transports ?

Tout d’abord, il y a beaucoup de développement au niveau des véhicules « FSD » (full self drive), c’est-à-dire des voitures à conduite automatique. Les capteurs autour des véhicules peuvent donner des contrôles aux voitures, ce qui aura pour impact d’aider grandement à réduire les accidents de la route parce qu’évidemment ces voitures respectent les limites de vitesse et ne font pas preuve de rage au volant. Il y aura aussi des robots-taxis qui feront leur apparition éventuellement et cela va régler les problèmes de trafic et de mobilité des populations. Puis finalement, tous les véhicules électriques offrent une possibilité qui n’existait pas avant, c’est-à-dire la possibilité de récolter des données sur les conducteurs. Il y aura donc des impacts positifs à ceci parce que les compagnies d’assurances pourront ajuster les primes en fonction du comportement des conducteurs et ainsi encourager une meilleure conduite de ces derniers. C’est une révolution complète !

Pourquoi apprécies-tu travailler chez Merkur ?

Merkur m’a grandement aidé à trouver le mandat parfait pour moi. J’ai eu la chance de rencontrer 3 clients potentiels et j’ai pu choisir celui où j’évolue actuellement. Je suis comblé d’avoir eu une porte d’entrée pour me développer dans le monde des véhicules électriques. Mon lien avec mon superviseur est très bon et j’ai la chance de faire partie d’une équipe multidisciplinaire qui organise souvent des rencontres d’échanges alors c’est très enrichissant pour moi.     

Chez Merkur, il y a beaucoup d’opportunités d’emploi en lien avec l’électrification des transports. D’ailleurs, si vous souhaitez rencontrer notre équipe RH, elle sera présente le 26 octobre prochain au Centre des sciences de Montréal dans le cadre du RDV En Route ! la destination carrières en transports électriques et intelligents.

Retour haut de page