À la rencontre de Geneviève Masson – Première partie: Quand la passion fait une différence !

Dans ce premier article, nous nous entretenons avec Geneviève Masson, Directrice de l’unité d’affaires d’Ingénierie et développement de produit, chez Merkur. Son parcours est très inspirant, nous vous invitons à découvrir ce que Geneviève a accompli en 8 ans, pour l’entreprise.

En première partie, nous vous présentons le chemin parcouru avant sa carrière chez Merkur, son profil, ses aspirations et ses passions !

 

Comment as-tu découvert que tu désirais devenir ingénieure ?

J’ai récemment retrouvé mon album de finissants de 6e année du primaire et il y était inscrit que je souhaitais faire ce métier, ça remonte à loin ! Mon père l’était et j’ai toujours su que c’était un domaine fait pour moi. Les sciences m’ont toujours passionnée et j’ai un fort intérêt à comprendre comment les choses fonctionnent. J’aimais construire et déconstruire des objets avec mon frère, alors pour moi c’est venu très naturellement comme choix. J’ai ensuite choisi la spécialité d’ingénierie mécanique à l’université parce que je trouvais que c’était cette branche qui m’ouvrait le plus de possibilités. J’ai ensuite entamé une maîtrise en ingénierie biomécanique. J’ai fait de la conception de produit, tout comme je fais dans mon travail maintenant, et j’ai adoré le concret de ceci, j’en ai eu la piqûre !

Qu’as-tu fait suite à ta maîtrise ?

J’ai débuté un emploi à l’Université de Sherbrooke en tant que professionnelle de recherche au laboratoire PERSEUS, cela ressemblait beaucoup au mode de travail d’un consultant comme nous faisons chez Merkur. Des entreprises venaient nous voir avec des mandats/besoins spécifiques et notre équipe s’affairait à trouver une solution. C’était très stimulant et c’est ce qui m’a confirmé que j’aimais travailler sur différents mandats et ainsi apporter ma contribution à régler plusieurs problèmes en trouvant des solutions innovatrices et optimales.

Peux-tu nous donner un exemple d’un mandat que tu as particulièrement aimé ?

Mon tout dernier mandat à ce poste était de concevoir le cahier des charges pour un processus d’appel d’offre pour un avion-ambulance du Gouvernement du Québec. Je devais détailler tous les requis et j’ai eu à rencontrer tous les acteurs clés, de la maintenance au nettoyage, les ambulanciers et médecins, les pilotes, les responsables des infrastructures accueillant l’avion, etc. Je devais comprendre tous les aspects du projet et complètement me l’approprier. Bref, c’était vraiment comme ce qu’on fait actuellement chez Merkur. Nous évaluons une situation dans son ensemble, en prenant en compte les besoins de tous et j’ai adoré tout le processus jusque dans ses plus petits détails, c’est un métier très créatif et surtout tellement intéressant.

Donc quand tu as terminé ton mandat, quelle fût la prochaine étape pour toi ?

La cadence des mandats dans le milieu universitaire est relativement irrégulière et une belle opportunité s’est présentée à moi. Mon professeur m’a présenté un projet afin de réaliser un doctorat. Le mandat était d’optimiser le positionnement des athlètes Paralympiques en fauteuil roulant en vue d’augmenter leur puissance. J’étais emballée par ce projet, c’était stimulant. J’ai établi quels sont les paramètres de positionnements optimaux afin de permettre à ces athlètes de mieux performer. Avec mes recommandations, certains athlètes ont réussi à améliorer de 5km/h leur vitesse maximale, c’était très gratifiant de voir des résultats si impressionnants et qui impactaient grandement la vie de ceux-ci. Utiliser des données scientifiques et des équations mathématiques pour fournir un résultat concret et qui impacte directement les gens, c’est l’aspect qui me passionne le plus dans l’ingénierie mécanique.

As-tu travaillé pendant que tu complétais ton Doctorat ?

Lorsqu’on est au doctorat, il peut être ardu de se trouver un emploi sur le marché du travail parce que certaines entreprises ont comme préjugés que les gens aux études supérieures sont des « geeks » et que nous n’avons pas ce qu’il faut pour établir un bon rapport client et s’adapter au monde du travail, en dehors du cadre universitaire. Merkur m’a offert ma toute première opportunité. Mon parcours universitaire m’a donné une grande capacité de synthèse, beaucoup d’autonomie et d’organisation, ainsi que des méthodologies et processus de travail qui m’ont permis de faire mes preuves sur le marché du travail.

Qu’est-ce qui t’as le plus marqué dans la transition du domaine académique vers le marché du travail ?

La reconnaissance est définitivement l’aspect le plus différent. Dans le monde universitaire, la culture est très différente, chez Merkur je recevais de la rétroaction pertinente, positive et fréquemment. Ce fût très nouveau pour moi. J’ai eu une petite période d’adaptation parce que le cadre académique est plus écrasant tandis que chez Merkur j’avais mon mot à dire et on me laissait la place que je souhaitais prendre.

Donc tu as terminé ta thèse en même temps que tu travaillais à temps plein chez Merkur ?

Oui ! Quand j’ai eu mon premier enfant, je n’ai pas eu droit au RQAP alors j’ai débuté mon emploi chez Merkur et, pendant un an, j’ai terminé ma thèse sur mon heure de diner. Lorsque j’ai présenté ma thèse et que j’ai obtenu une mention d’honneur, mon professeur m’a confié qu’il était très étonné du fait que j’avais complété le tout, malgré mon contexte de vie. Il ne m’a pas transmis ceci de la manière la plus délicate alors maintenant, j’ai toujours une petite pensée pour lui quand vient de temps de souligner les exploits de mes pairs haha ! J’essaie de faire mieux et de reconnaitre les bons coups de mon équipe à leur juste valeur. Je n’ai pas fait un doctorat pour le titre, mais plutôt parce que j’adore apprendre et je souhaitais apporter une solution concrète à un réel problème et encore aujourd’hui, c’est cette passion pour le « vrai » qui m’anime.

Dans un second article nous découvrirons les débuts de Geneviève chez Merkur ainsi que son parcours inspirant qui l’a mené, aujourd’hui, à la direction de l’unité d’affaires ingénierie et développement de produit chez Merkur, restez à l’affût !

Désirez-vous prendre rendez-vous avec l’un de nos conseillers en acquisition de talents ?

Nous sommes très intéressés à vous rencontrer !

Cliquez ici pour consulter nos offres d’emploi.

Retour haut de page